Catégories Énergie

Les marchés de l’énergie


Colette Lewiner - Administrateur EDF

Quelles sont les tendances de l’énergie ? Comment les prix du pétrole, du gaz, du charbon, évoluent-ils ? Et, pourquoi ces changements de prix sont-ils, pour partie, fonction de dynamique géopolitique ? Quels sont, en outre, les développements les plus récents dans le renouvelable ? Enfin, en quoi la digitalisation fait-elle évoluer les chaînes de valeur ? Voici quelques-unes des questions qui se sont présentées à mon esprit à la lecture du dernier rapport de l’observatoire mondial des marchés de l’énergie de Capgemini, édité par Colette Lewiner, administrateur d’EDF.

I/ L’évolution du prix de l’énergie

La croissance économique entraîne une augmentation de la demande en énergie de l’ordre de 2,1 % en 2017 contre seulement 0,9 % en 2016. Ceci a pour effet qu’atteindre les objectifs de Paris de 2015 paraît plus difficile. Il semble de plus en plus probable que la température devrait augmenter de plus de 2 °C d’ici 2050.

A/ Les prix du pétrole

Pour ce qui concerne les prix du pétrole, ces derniers ont atteint la barre des 80 $ le baril pour la première fois depuis 2014. Il s’agit d’une augmentation de l’ordre de 100 % depuis janvier 2016. Cette tendance haussière provient pour partie de la croissance économique comme évoquée ci-dessus mais, aussi, la Russie et l’OPEC n’ont augmenté la production que de façon marginale en dépit des pressions américaines de les accroître davantage. En outre, des incertitudes géopolitiques qui viennent notamment des tensions avec l’Iran amènent ce pays à diminuer ses exportations de pétrole. La demande s’en trouve donc raréfiée ce qui augmente les prix. Un même phénomène s’observe au Venezuela, qui, plongé dans une crise politique, économique et sociale, voit sa production pétrolière baisser de l’ordre de 500 000 barils par jour. Enfin, la Libye connaît aussi une instabilité prononcée.

B/ Gaz naturel et charbon

Pour ce qui concerne le gaz naturel, la demande s’est accrue de près de 3 % notamment en raison de la production abondante provenant de Chine. Enfin, la demande pour le charbon a augmenté de l’ordre de 1 % contrairement à la tendance observée ces deux dernières années. Cette croissance est issue principalement d’Asie. Celle-ci s’appuie sur le charbon pour générer une part significative de son électricité.

C/ Les énergies renouvelables

À côté de ça, les énergies renouvelables bénéficient de gains de productivité significatifs — le même investissement permet de produire davantage. Les capacités issues du solaire et de l’éolien ont augmenté de l’ordre de 61 % parmi l’ensemble ajouté au mix en 2018.

II/ Les investissements dans l’énergie

En Europe, l’éolien continue de croître. Aux États-Unis, le solaire joue un rôle prépondérant. Mais, c’est en Chine ou les capacités photovoltaïques ont augmenté de la manière la plus significative. La capacité de produire de l’énergie issue de solaire provient auprès de la moitié de l’empire du Milieu, grâce à la politique dite du ciel bleu.

Paradoxalement, au cours du premier semestre de 2018, l’investissement dans l’énergie solaire a baissé de 19 % pour s’établir à 72 milliards en raison des désinvestissements chinois. A contrario, l’investissement dans l’éolien s’est accru de l’ordre de 33 % et culmine à 57 milliards.

III/ Ce qui est nouveau : des installations éoliennes et solaires flottantes… 

Plusieurs installations ont notamment suscité un intérêt marqué.

  • Le Danemark produit désormais 43 % de son énergie grâce aux renouvelables et devrait aisément atteindre l’objectif de produire la moitié de son énergie par le renouvelable d’ici 2030.
  • En Écosse, le premier, la première ferme d’éoliennes flottantes a été inaugurée.
  • En Chine, la plus grande centrale solaire flottante fut lancée en décembre 2017.
Innovation en energie – eolienne – solaire flottant

IV/ Les limites des énergies renouvelables : 100% d’énergies renouvelles n’est pas encore possible

En dépit de ces progrès considérables, répondre à 100 % des besoins énergétiques en ne sollicitant que les énergies renouvelables s’annonce difficile. Car, en effet, celles-ci demeurent intermittentes. Une ferme solaire produit beaucoup par beau temps et moins soleil se cache d’épais nuages. Et puis, cette variabilité de la production augmente le coût de gestion de cette énergie par le réseau. D’où un surcoût de l’ordre de 15 à 40 % pour composer avec cette intermittence.

En outre, ne s’appuyer que sur les énergies renouvelables s’avère impossible pour des raisons foncières. Ainsi, répondre à 100 % de la demande française avec l’éolien exigerait de 5 % du territoire de l’Hexagone.

Enfin, même si les batteries ont beaucoup progressé elles restent encore trop onéreuses pour assurer le stockage.

V/ La transformation digitale et l’énergie

Comme Colette Lewiner et moi-même l’avion évoqué au cours d’un autre entretien, les technologies numériques optimisent l’ensemble de la chaîne de valeur, de l’acquisition des ressources premières à la relation client.

Ainsi, pour ce qui concerne les activités de production d’énergie, on a recours aux technologies digitales pour la maintenance prédictive, des inspections d’usine et le contrôle qualité. EDF a d’ailleurs signé un contrat avec Dassault Systèmes pour digitaliser une partie des plans des centrales nucléaires d’EDF afin, par exemple, d’aider les opérateurs à s’entraîner à effectuer la maintenance en réalité virtuelle.

Dans la relation au client, les technologies digitales baissent les coûts tout en améliorant l’expérience client. On utilise le « chatbot » pour des questions clients basiques tout en recourant à des opérateurs humains pour des tâches à plus haute valeur ajoutée.

En outre, la digitalisation permet d’imaginer de nouveaux services. Google a récemment acheté Neste afin de proposer des services énergétiques personnalisés.

La numérisation apparaît ainsi comme un potentiel cheval de Troie des GAFA dans une industrie, autrefois à l’abri des disruptions technologiques.

La chaine de valeur de Michael Porter dans l’energie

Voici donc les grandes lignes des tendances du marché de l’énergie. Pour le dire en quelques mots : la croissance économique entraîne une augmentation de la demande. Combinés à des tensions géopolitiques qui déstabilisent la production, les prix grimpent. Cette croissance de la consommation de l’énergie rend le respect de l’accord de Paris sans doute plus difficile à atteindre qu’autrefois. Les températures mondiales devraient s’élever de plus de 2 % d’ici 2050.

L’étude de Colette Lewiner de Capgemini est disponible ici.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire