Catégories Financement de l’innovation

Les Business Angels investissent leurs propres capitaux au sein des startups


Pourquoi devenir Business Angel ? Quel est le parcours d’un Business Angel ? Voici quelques-unes des questions que Dominique Chapard, membre de Femmes Business Angels, et moi avons évoquées récemment.

Parcours de Dominique Chapard, membre de Femmes Business Angels

Dominique Chapard, membre du réseau Femmes Business Angels.

Parisienne et diplômée d’économie à Assas et à Sciences Po Paris, Dominique a effectué son premier job dans la Direction des Etudes du Ministère de l’Environnement. Pendant 6 ans, elle s’est occupée d’études économiques et statistiques dans le domaine de l’environnement et du cadre de vie. Au bout d’un moment, elle a souhaité s’orienter vers le monde de l’entreprise et a obtenu le diplôme de l’expertise comptable. Grâce au réseau des anciens de Sciences Po, Dominique a pu  rejoindre l’ANVAR (Agence Nationale de Valorisation de la Recherche). Quelques années plus tôt, l’Etat avait créé l’aide à l’innovation pour inciter les entreprises à développer des produits et procédés nouveaux, en partageant le risque financier. L’aide à l’innovation est un financement sous forme de subvention, de prêt ou d’avance remboursable en cas de succès, couvrant une partie des dépenses du projet. L’ANVAR recrutait pour accompagner sa régionalisation, car cet organisme parisien souhaitait se développer à travers le territoire.

Pendant 5 ans en Pays-de-Loire, puis pendant 10 ans en Ile-de-France, Dominique a été chargée d’affaires pour l’innovation, instruisant et suivant de très nombreux projets innovants dans des entreprises de tous secteurs. Au début des années 2000, elle a exercé la fonction d’adjointe du Directeur Régional en Picardie. 

Puis, en 2005, au moment de la création d’Oséo, issue du rapprochement de l’ANVAR et de la BDPME (Banque de Développement des PME), Dominique s’est vu confier, au sein de la Direction de l’Innovation, la responsabilité de la coordination de la mesure de qualification des entreprises innovantes pour les FCPI (Fonds Commun de Placement pour l’Innovation). Pour justifier l’avantage fiscal accordé à ses souscripteurs personnes physiques, un FCPI doit investir au moins 70 % de ses fonds dans des entreprises innovantes. Dans certaines conditions, il appartenait à Oséo (et maintenant à Bpifrance) de reconnaître le caractère innovant de ces entreprises.  

Dominique a poursuivi cette action jusqu’en 2013, peu après la création de la BPI (Banque Publique d’Investissement) en 2012.

La BPI est née du regroupement d’Oséo et des filiales de la Caisse des dépôts intervenant en fonds propres, soit CDC Entreprises et le FSI (Fonds Stratégique d’Investissement). La BPI intervient dans l’ensemble des métiers assurant aux entreprises un financement à chaque étape de leur développement : financement, innovation, garantie, fonds propres et expansion à l’international.

Fonctionnement de Femmes Business Angels

Pourquoi Dominique a-t-elle choisi de rejoindre le réseau Femmes Business Angels ?

Parmi les nombreux réseaux de Business Angels regroupés au sein de la fédération nationale France Angels, au nombre de 72 actuellement, Femmes Business Angels sont le seul réseau composé uniquement de femmes. Convaincue de la nécessité de promouvoir l’investissement au féminin, Dominique a eu envie d’y contribuer, en mettant sa connaissance de l’innovation et des acteurs du financement à disposition de ce réseau. Travailler avec des femmes est par ailleurs intéressant parce que, dans l’ensemble, elles s’impliquent fortement.

Femmes Business Angels est une association qui investit en amorçage dans des entreprises de tous secteurs, dirigées aussi bien par des hommes que par des femmes. Femmes Business Angels compte de l’ordre de 150 membres actives et un réseau de 200 anciennes sympathisantes. Les membres sont jeunes, 53 ans de moyenne d’âge, son encore en activité pour la plupart, et ont des compétences variées (finances, technologie, fiscalité, droit, RH, marketing, communication). Comme tous les Business Angels, elles investissent leur propre argent en souhaitant jouer un rôle actif dans le développement des entreprises qu’elles choisissent.

Quel est l’intérêt de faire partie d’un réseau de Business Angels ?

Cela permet de faire appel à des compétences variées pour mutualiser la recherche de projets à financer (« sourcing ») et effectuer la présélection, puis la sélection des projets à présenter aux membres au cours de réunions mensuelles.

 Chaque année, de l’ordre de 500 projets sont présélectionnés par le Comité de Présélection sur la base d’un dossier mis en ligne sur la plateforme Gust, celle-ci permettant de donner accès simultanément à plusieurs réseaux de Business Angels ou à des fonds d’investissement. Parmi ces projets, environ 150 sont retenus pour pitcher devant le Comité de Sélection : le  porteur de projet a cinq minutes pour présenter son entreprise, son besoin de financement et l’avancement de sa recherche d’investisseurs. Ensuite, le Comité de Sélection l’interroge pendant une dizaine de minutes. Sur une cinquantaine de projets retenus pour les réunions mensuelles, entre 20 et 25 sont financés par des membres de Femmes Business Angels, souvent en co-investissement avec un ou plusieurs autres réseaux de Business Angels et/ou des fonds d’amorçage.

À l’issue de cette réunion, les membres intéressées rencontrent le porteur de projet. Elles approfondissent l’instruction du dossier et mènent les due diligences, en liaison le cas échéant avec les co-investisseurs. A la fin du processus, chacune prend individuellement la décision d’investir (ou pas) sur son argent personnel.

Chaîne du financement des startups

En général, le premier financement d’une startup provient des économies du fondateur, de  sa famille et de ses amis. Il est souvent complété par des prêts d’honneur (Réseau Entreprendre, Initiative France…) dont le montant est compris entre 10KE et 60KE, et par des financements publics (BPI, Régions ….)

Les Business Angels interviennent en principe lorsque la preuve du concept est réalisée : l’entrepreneur a développé son produit ou son service et commencé à  en vérifier le potentiel commercial. Dans certains secteurs, comme celui de la santé, la recherche et développement prend davantage de temps ; les Business Angels peuvent être sollicités plus en amont.

Les Business Angels participent à des levées de fonds comprises entre 100KE et 1,5ME. Sauf exception, le ticket d’un Business Angel membre d’un réseau est compris entre 10KE et 15KE. Au bout de 5 à 8 ans, c’est la sortie : le Business Angel récupère ses capitaux, en espérant faire une plus-value, par le moyen :

  • d’un rachat par les fondateurs
  • d’un rachat par une entreprise (sortie industrielle)
  • d’une entrée en bourse
  • d’un rachat par un fonds d’investissement (série A ou B) d’une société de capital-risque (VC).
Chaîne de financement des startups

1 commentaire

Laisser un commentaire