Catégories En langue française

« L’innovation montre la voie vers les marchés du futur », selon Marc Vaucelle, Directeur du pilotage stratégique au sein de la branche numérique du groupe La Poste – 2/2


Marc Vaucelle - La Poste
Marc Vaucelle – La Poste

Quels sont les marchés du futur pour une entreprise établie comme La Poste? Comment prendre des positions sur ses marchés? Voici quelques-unes des questions que j’ai évoquées avec Marc Vaucelle, Directeur du pilotage stratégique au sein de la branche numérique du groupe La Poste.

 

 

I/ Premiers types de marchés du futur : « Silver Economy »

Dans un contexte où la population en France vieillit fortement, notamment en zone rurale, La Poste peut valoriser sa présence sur le territoire de l’hexagone. La relation avec la « multitude » pour reprendre le mot de Nicolas Colin, auteur de L’âge de la multitude, est établie. Cette relation que La Poste a su créer n’est pas simplement digitale, elle est aussi physique, ce qui permet d’envisager une expérience utilisateur complète.

Les seniors veulent garder cette proximité. La Poste peut leur apporter des services physiques et numériques en déployant des objets connectés, en assurant des mises en relation avec des professionnels pertinents, en accompagnant les seniors dans la transition digitale par le biais d’accompagnement en bureau de poste ou à domicile. Un exemple concret de cette approche s’appelle « Ardoiz ». Il s’agit d’une tablette totalement adaptée au public sénior, réalisée en partenariat avec Bayard Presse et la startup Tikeasy. Cette tablette a été vendue à ce jour à plusieurs centaines d’exemplaires sur quelques mois d’expérimentation en Loire Atlantique. La Poste joue bien ici son rôle d’intégrateur et de distributeur de services.

Demain, La Poste veut aller beaucoup plus loin dans cette approche de la Silver Economy en mettant en œuvre des projets concernant l’ensemble de l’écosystème : financeurs, régulateur (l’État, les collectivités), fournisseurs de contenu, de services et de systèmes d’information et l’ensemble des secteurs impactés (banque et assurance, habitat, loisirs et social, autonomie et maintien à domicile, mobilité et transport, santé).

 

II/Deuxième types de marchés du futur : e-santé

L’approche sur la e-santé est également holistique même si les acteurs se distinguent de ceux de la silver économie. La grande problématique est davantage leur coordination et l’interopérabilité des systèmes dans un contexte règlementé où les systèmes de gouvernance sont multiples.

 

La France se distingue ainsi de d’autres pays où on peut trouver des agrégateurs publics et privés qui intègrent globalement au service du patient les volets financement, opérations, coordination, régulation, mais en restreignant les choix tant pour les patients (choix des professionnels de santé et des infrastructures médicales) que pour les professionnels de santé eux-mêmes : définition des parcours de soin, choix des matériels médicaux ou d’analyse par exemple. Cela permet par contre de développer assez rapidement de nouvelles offres telles que la télémédecine en mobilisant les différents acteurs mais peut poser des problèmes d’éthique en matière de conseils médicaux ou de protocoles de soin. On voit en effet apparaitre de nouveaux modèles économiques totalement inconnus et innovants : en Californie, certains travaillent sur des consultations médicales gratuites pour les patients avec un financement provenant d’acteurs connexes (laboratoires médicaux par exemple).

 

En France, les marges de manœuvre sont différentes dans la mesure où la Gouvernance n’est pas unique mais coordonnée par un ensemble de règlementations reposant sur les différents acteurs. Dans notre système, il est certes souvent plus difficile de trouver un modèle économique mais l’Etat s’implique très largement dans la modernisation de notre système de santé en déployant des programmes au sein des ARS tels que Territoires de santé numérique, PAERPA, programmes de télémédecine … Il est cependant nécessaire d’accélérer la mise en place de ces plateformes de services et La Poste peut apporter sa proximité avec les citoyens en la mettant au service de ces programmes. Plusieurs projets ou activités de différentes natures sont aujourd’hui en cours. Je citerais à titre d’exemple parmi d’autres la distribution de médicaments (Porteo Medical), la gestion du dossier pharmaceutique auprès du Conseil de l’Ordre de pharmaciens, l’étude de relais de santé en territoires.

Enjeux d'innovation

III/ Déployer les projets d’innovation

La Poste construit ses nouvelles offres dans un esprit d’open innovation.

Elle le fait en 4 étapes : identification des projets et des partenaires, co-création des offres, mise en place d’expérimentations ou de prototypes puis déploiement en cas de succès.

Par ailleurs, La Poste s’investit très fortement auprès des startups. Après avoir lancé le programme French IoT, le Groupe a sélectionnés 15 startups (élues au French Internet of Things) et 4 grands groupes pour l’accompagner au mois de janvier 2016 au Consumer Electronics Show pour démontrer le potentiel de développement de sa nouvelle plateforme d’agrégation d’objets et de services connectés.

C’est également dans cet esprit que La Poste a fêté le premier anniversaire de son accélérateur start’ inpost qui a permis de concevoir et d’accompagner 17 expérimentations dans le Groupe que La Poste est présente à San Francisco depuis plusieurs années afin d’identifier les innovations émergentes.

À la toute fin de notre échange, je me suis permis de demander à Marc Vaucelle ce qu’il pense de mon livre, « Les secrets des entrepreneurs de la Silicon Valley ». Il estime que les chapitres sur la Belle Époque et la signification de l’innovation lui paraissent fondamentaux. Il trouve que le livre est fascinant.

 

 

IV/ En résumé, l’innovation montre la voie vers les marchés du futur :

  • La Poste s’engage dans une multiplicité de transformations afin de pallier la baisse de son activité historique
  • La Confiance Numérique, la smart city, la Silver Economy et la e-santé sont quatre marchés qui permettent de valoriser les atouts et l’histoire de La Poste. La Poste a l’ambition de traiter ces sujets en adoptant une approche globale des écosystèmes permettant de développer l’interopérabilité des systèmes et la coordination des acteurs au service de tous.
  • Pour déployer ses projets d’innovation, La Poste s’appuie sur des startups et des partenariats industriels en open innovation

 

2 commentaires

Laisser un commentaire