Catégories En langue française

Le « Lean Startup » expliqué à un ami (1/2)


Eric Ries, un des fondateurs du "Lean Startup"
Eric Ries, un des fondateurs du « Lean Startup »

Hier, je faisais part à Hadrien David, un de mes amis, de mon enthousiasme pour le lean startup, cette approche de l’innovation fondée et promue par Steve Blank et Eric Ries, principalement dans la Silicon Valley. Hadrien est sculpteur animalier. Il n’est pas familier des grands enjeux de l’innovation industrielle ni sensible à la spécificité du lean startup. Alors, je me suis lancé spontanément dans une explication du lean startup. Je laisse à mon interlocuteur bienveillant le soin de juger si mes explications paraissent claires.

I/ Le « Lean Startup »,  ça veut dire quoi ? 

Pour commencer à définir le terme de lean startup, le plus simple c’est de remarquer que l’expression est composée de deux mots : « lean » et startup.

Le terme de startup est à opposer au terme d’entreprise, comme j’ai pu en parler dans d’autres articles.

  • Une entreprise est une organisation dont la vocation est de mettre en œuvre un modèle économique.
  • A l’inverse, une start-up est une organisation dont la vocation est de découvrir un modèle économique.

En anglais, l’adjectif « lean » signifie mince, au sens propre. Le terme décrit, par exemple, un corps qui est capable de fonctionner en minimisant tout ce qui ne participe pas directement au fonctionnement du corps. L’adjectif suppose donc une exploitation efficiente de l’energie (« a lean racehorse »). « Lean » dans son sens le plus basique, c’est l’opposé de « gros » mais aussi de « superflu ».

John Krafcik, CEO of Hyundai America
John Krafcik, CEO of Hyundai America

Le terme de « lean » prend une autre signification avec l’essor du « lean manufacturing ». Il s’agit d’une pratique de la production qui minimise la dépense de toutes ressources qui ne participe pas directement à la création de valeur pour le consommateur final. On définit ici le terme de « valeur » du point de vue du consommateur : n’a de valeur que ce que le consommateur est prêt à acheter. Le terme de « lean » apparaît pour la première fois sous la plus de John Krafcik dans un article intitulé : « Triumph of the Lean Production System », issu pour partie de sa thèse au MIT Sloan School of Management.

Voici ce que signifie donc le terme de lean. Mais quelles en sont les implications pour une startup ? En quoi startup qui est « lean » serait-elle d’une différente d’une start-up qui ne serait pas « lean » ?

 

II/ Quelles différences entre une « lean startup » et une « startup non lean » ?

Il s’agit ici d’un élément absolument crucial. En effet, le « lean startup » s’est construit en opposition à des méthodes de création d’entreprise qui étaient pourtant très répandues dans la Silicon Valley. Ces méthodes consistent, par exemple, à concevoir un business plan extrêmement détaillé, précisant de façon très concrète :

  • la nature du produit
  • la cible du marché
  • les coûts associés à la fabrication de produits
  • les coûts liés au fonctionnement de l’ensemble de la startup
  • les projections de revenus, une fois le produit lancé

On trouve ainsi une kyrielle de startups qui ont dépensé plusieurs millions de dollars avant même que le produit n’ait été lancé sur le marché. Ce sont ces startups-là qui sont les contre-exemples du « lean startup ».

 

En résumé, le « lean startup », composé de « lean » et de « startup » désigne une entreprise qui

  • Limite le gaspillage
  • Alloue ses ressources pour découvrir son modèle économique

Voici qui prend le contrepied du modèle habituel puisque l’allocation de ressource n’a pas pour objet de découvrir le modèle économique mais au contraire de le mettre en œuvre. Dans un prochain article, nous verrons en quoi les startups qui ne sont pas « lean » gaspillent très vite leurs ressources. Et pour illustrer mon propos, je vais m’appuyer  sur le cas de la startup Iridium.

Lectures complémementaires

9 commentaires

Laisser un commentaire