Catégories En langue française

Les convictions de Louis Gallois pour réussir l’innovation en France (2/3)


Réussir l’innovation en France demande de « rassembler, simplifier, accélérer, financer », selon Louis Gallois, Commissaire Général à l’Investissement.

Louis Gallois

 

Rassembler.

Un bon exemple de rassemblement ce sont les pôles de compétitivité. Ces pôles regroupent 7500 entreprises, près de 800 000 salariés. Les financements publics, Etat et collectivité territorial sont de l’ordre de 750 millions par an. 3900 projets sont actuellement en cours de réalisation. 1600 entreprises ont été soutenues par des pôles de compétitivités à l’exportation et 1400 entreprises ont été mises en relation avec des investisseurs et des Business Angels. Donc on a affaire à quelque chose qui a une très forte dynamique. Il y a peu d’entreprises qui quittent les pôles de compétitivités.
Deuxième illustration : les instituts de recherche technologiques. C’est une des créations qui est soutenues et financées par les investissements d’avenir dont Louis Gallois a la charge et il a 1 milliard là-dessus. Il s’agit de faire travail dans des locaux communs des entreprises et des centres de recherche, universitaire, privé, ou le CEA. A Nantes, à l’institut de recherche technologique de jules vernes, on peut voir une vingtaine d’entreprise qui travaillent sur des programmes de matériau avec des centres de recherche. Ces instituts de recherches – nous en avons inaugurés un nouveau à rennes. Enfin, on voit les gens travaillent ensemble. Ces IRT sont présidés par les industriels. L’Etat n’y est pas.

Troisième élément : les instituts Carnot. Il s’agit d’instituts de recherche très proches de l’innovation, le CEA étant l’un d’entre eux. Nous avons dans le cadre du redéploiement, 150 millions d’euros qui vont être investi pour renforcer les liens avec les PME/ PMI. Voici trois exemples de ce qu’il faut faire pour rassembler la France de l’innovation.

Simplifier.

Selon Louis Gallois, nous avons, en France, autour de l’innovation un « système touffu d’aides », au niveau régional et au niveau national. Il y a une certaine profusion d’aides, dans lesquelles les entreprises se retrouvent mal. Il faut donner de la clarté, pour que les entreprises puissent s’y retrouver. Dans toutes les régions, il y a des organismes qui font du transfert de technologies, dans une certaine confusion. Ces sociétés d’accélération et de transfert des technologies qui vont intervenir sur des bases régionales ou interrégionales visent à mettre un peu de clarté et de simplicité, et surtout d’éviter qu’il y ait des lacunes, notamment dans la valorisation de la recherche des universités pour lesquelles le transfert est le plus difficile. Il faut aussi simplifier les dossiers d’aide à l’innovation. On constate que ces dossiers d’aide à la recherche et à l’innovation se complexifient à mesure que l’on passe de la région, à l’Etat, et de l’Etat à Bruxelles. Les dossiers régionaux font déjà une centaine de pages, les dossiers nationales un millier, et un dossier européen plusieurs milliers pages. Il faut qu’on simplifie ses dossiers d’aide à l’innovation. Dans les faits, il n’y a que les grands groupes qui peuvent produire de tels dossiers.

La semaine prochaine, j’évoquerai deux autres leviers pour réussir l’innovation en France: l’accélération des processus de réalisation de l’innovation et le financement de l’innovation.

Et vous, quelle doit être, selon vous, la stratégie d’innovation de la France? Comment réussir l’innovation en France?

 

 

Ressources complémentaires :

  • Pour une discussion des enjeux de compétitivité en France et du rôle de l’innovation, veuillez vous reférer à cette vidéo.
  • Pour une discussion sur la compétivité et pour une présentation du rapport de Louis Gallois, veuillez vous référer à cette vidéo.
  • Pour une présentation très brève de la compétivité de Louis Gallois sur France 2, veuillez cliquer ici.
  • Pour une présentation des enjeux de la montée en gamme, veuillez vous référer à la deuxième partie du rapport de Louis Gallois, ici.
  • Pour voir le discours d’ouverture de Laurent Parisot, Présidente du MEDEF, cliquer ici.

 

© Guillaume Villon de Benveniste – @GVillondeBen

3 commentaires

Laisser un commentaire